Trame verte pratiquée

Trame verte pratiquée
Du massif de la Nerthe au parc métropolitain de Foresta.

 

Une tentative d’exploration pédestre d’un sentier écologique et cohérent qui nous invite à observer les stratégies de dispersion du pollen, des graines, des insectes pollinisateurs et à imaginer ces flux comme des cheminements possibles d’un milieu à l’autre.

 

Cette promenade s’inscrit dans un programme de 5 ans du projet Nature 4 City Life (2017-2022) qui veut favoriser une meilleure intégration de la nature dans le projet urbain dans un contexte de changement climatique.

En partenariat avec Yes We Camp dans le cadre du projet Foresta, parc métropolitain.
 

 

SAMEDI 23 MARS 2019

9h – 12h

 

Récit de la marche...

24 mars, trame verte pratiquée #2 Départ

 

Nous marchons sur une piste végétale à la recherche du pollen. Cette poussière mystérieuse, à peine perceptible et à l’origine de la reproduction d’une grande partie des végétaux. En ce début de printemps elle est incrustée dans l’asphalte, elle nous indique le chemin. Nous allons suivre cette piste en portant notre attention sur ceux qui la pratiquent et la composent…

 

LE GRAIN DE POLLEN

 

Comme son nom l’indique il est un véhicule ! “Pollen” vient du grec ancien palúnō « je répands, je diffuse».

Il transporte les cellules végétales mâles jusqu’à l’ovule femelle. Mais c’est un véhicule un peu particulier qui ne sait pas se déplacer par lui-même…

Pour relier les plantes les unes aux autres et leur permettre de se reproduire il doit se laisser aller aux vents de passage, ou faire du stop auprès de certains insectes. Pour le vent c’est plutôt simple, mais pas forcément le plus efficace, il beaucoup de grains lancés pour que certains arrivent à bon port. Pour les insectes, les plantes ont fait un petit pacte avec eux: fécondation contre nourriture. Ils trouvent à manger dans la plante et au passage embarquent le pollen. Mais au-delà de ce pacte autour de la nourriture, les plantes sont quand même obligées de les piéger un peu: couleurs, formes adaptées pour être confondues avec un autre insecte, odeurs… Toute cette inventivité permet d’attirer plus facilement les insectes et d’aider les grains de pollen à voyager!

 

LA TRAME VERTE

 

La trame verte est une idée, une démarche humaine et une circulation nécessaire du vivant. Elle est issue du Grenelle de l’Environnement à la fin des années 2000.

Elle est la piste du pollen et de toutes ses interactions avec les insectes et le vent.

Son rôle est de relier ce qui reste d’îlots de nature dans la ville et de permettre à tous les êtres vivants de circuler, s’alimenter, de se reproduire, se reposer… de vivre!

On appelle ces voies qui relient des corridors écologiques. Le pollen est une poussière éclaireuse, elle révèle la trame à tous…

 

Collectif SAFI – Lecture apis melifèra – Dessin réalisé en marchant par Françoise Manson

 

L’ABEILLE SAUVAGE

 

Nous sommes inquiets de la chute massive du nombre d’insectes pollinisateurs (40% sont en déclin). Nous avons raison de l’être mais parfois nous simplifions un peu les questions, par exemple en ne nous intéressant qu’à celui le plus connu!

Dans la famille des abeilles il y a 20 000 espèces d’insectes solitaires ou sociaux.

L’abeille domestique – Apis mellifera- est celle qui s’adapte le mieux à la vie en ruche.  Elle fournit, le miel, la cire, le pollen, la propolis… et participe à la pollinisation des plantes sauvages et de 80 % des plantes cultivées. Elle a développé une technique que ne pratiquent pas les abeilles sauvages: La danse de communication. Une fois que l’une d’entre elles a trouvé un bonne ressource de nourriture elle prévient ainsi ses collègues. En tant qu’abeilles plus solitaires,  les sauvages sont moins productives mais elles pollinisent des sources plus nombreuses et variées. Si leurs cousines apis meliffera sont trop nombreuses elles peuvent indirectement les chasser de leurs territoires. Nous devons veiller à cet équilibre et ne pas percevoir comme un danger leurs habitats qui ne ressemblent pas forcément à une ruche !

 

LE PARC

 

Un parc est jardiné quotidiennement pour satisfaire les usages et les représentations souvent visuelles des humains. Mais d’autres espèces vivent là ou s’y rendent tous les jours, pour se protéger et se reposer mais aussi pour se nourrir dans des plantes “attractives”. Une plante est attractive lorsque sa fleur contient du nectar ou du pollen abondant, nutritif ou appétissant. Elle peut ensuite jouer son rôle dans la circulation des insectes. Soit elle attire les insectes de manière massive et permet au passage la pollinisation d’espèces moins attractives, ou au contraire elle capte tous les insectes disponibles et diminue les chances des plantes moins attractives (ce peut être le cas d’une plante nouvellement introduite par exemple).

Du point de vue des insectes pollinisateurs, un parc n’est donc pas attractif que par son abondance de fleurs. La qualité du nectar qu’on y trouvera est déterminant c’est pourquoi il est important de jardiner en plantant des fleurs nectarifères et bien adaptées à l’écosystème en place.

 

Et pour finir cette expérience physique de la trame verte, nous descendons tout le massif de la Nerthe chaussés de lunettes à “vision insecte” pour suivre les flux qui les guident et mieux en comprendre les enjeux. La vision des insectes est cinématographique, elle est adaptée au mouvement et permet une netteté d’images à 30 km/heure. Les insectes ont un spectre coloré différent du nôtre et perçoivent nettement l’ultraviolet.  Souvent, les fleurs jaunes pures comme le genêt réfléchissent l’ultraviolet.

 

Elles deviennent alors des signaux dans le paysage, facile à identifier pour l’insecte et aujourd’hui pour l’humain à lunettes que nous sommes !