Traversée #4

Traversée #4 – dimanche 18 octobre 2020

MARTIGUES (de la gare de Lavera à la base nautique de Tholon)

 

«Nous sommes partis il y a plusieurs mois déjà. En bateau, explorer le trou dans la carte, l’étang que nous pensions connaître. Nous nous sommes abreuvés de toutes les histoires que l’on pouvait attraper. Nous avons gravi les masses d’eau stratifiées, suivi un soir le chemin des algues et un autre soir celui des zostères, fait halte au pied des usines, partagé le repas d’un pêcheur, dormi avec les moules et écouté le son des torchères et du vent au petit matin.»
 
Après plusieurs temps d’exploration composant peu à peu les épisodes d’une histoire en train de s’écrire, l’expédition Pamparigouste vous invite à embarquer pour une grande marche aux allures de navigation.
Histoire de pêcheurs, de radeaux, de coquillages et de pétroliers, nous entendrons leurs voix s’élever pour nous raconter des manières d’habiter dans le risque et de s’inventer des bateaux pour naviguer sur une île.

 

Une journée de marche ponctuée :

Des interventions de Christelle Gramiglia (sociologue), Élise Boutié (doctorante travaillant sur le rapport aux risques incendies), Sophie Bertran de Balanda (urbaniste), Jean Chausserie-Laprée (archéologue), de la Vibraphoniste Melissa Acchiardi, du photographe Geoffroy Mathieu et des artistes du Collectif SAFI.
Du concert Si l’Ile de Christophe Modica et Stéphane Coutable.
Avec la participation de l’observatoire citoyen de l’environnement (institut éco-citoyen), des associations riveraines, de Yes we camp et des habitants constructeurs (Cap Fada) et de l’ensemble de l’équipage de Pamparigouste.

Christelle Gramaglia est sociologue, titulaire d’un doctorat en socio-économie de l’innovation. Ses recherches actuelles portent sur les politiques de la nature et les controverses scientifiques et techniques, plus particulièrement sur la pluralité des savoirs sur les pollutions, et les risques environnementaux et sanitaires dans les territoires pollués.

 

 

Geoffroy Mathieu est photographe. Il documente les territoires en mutation, les frottements ville-nature ou les « résistances poétiques » dans les usages des lieux. Au sein de l’expédition Pamparigouste, il proposera une Manifestation des images.

 

 

Le collectif SAFI est un collectif d’artistes plasticiens fondé en 2001 par Stéphane Brisset et Dalila Ladjal. Il explore les ressources, se nourrit de rencontres, prend le temps de la résidence, du vagabondage et de l’expérimentation pour prendre le pouls des territoires traversés. Il met en valeur, en lumière, la conversation intime entre des hommes et leur environnement. Ils sont les inventeurs et concepteurs du Ressentiscaphe, plateforme d’observation sensible qui sillonne l’Étang de Berre…

 

Christophe Modica est faiseur de sons. Ses recherches s’inscrivent dans les frontières poreuses entre les genres et les arts. Il travaille à partir du réel, avant de s’en distancier afin d’élaborer une écriture qui entretient un rapport intime avec lui. Il interroge l’écoute, le silence, la perception. À bord de l’équipage Pamparigouste, Christophe a écouté parler les habitants et les professionnels, les oiseaux et les éléments. Les histoires qu’ils ramènent de cette expédition s’écoutent avec les yeux. Il nous les partagera avec le musicien Stephane Coutable lors de la performance « Si L’île ».

 

 

Vibraphoniste, Melissa Acchiardi rejoindra l’expédition pour s’immerger et improviser au coeur des points de vue et des expressions sonores émanant des paysages. Au centre de ces sons, sons de la nature mais aussi ceux des hommes au travail, des machines, des usines, des architectures, de l’activité urbaine, le challenge de l’improvisateur aux aguets est de se laisser porter et réagir aux symphonies des hasards et des contingences locales que ce monde choisi ou subi nous offre à chaque instant. Ce projet Les parfums de fils, proposé par le collectif Arfi (association à la recherche d’un folklore imaginaire) a pour finalité une suite d’objets sonores, de photographies, de récits et de poésies. Témoignages sensibles ou fictions du réel, ces captations de l’instant, in situ, nous invitent à re-composer les œuvres éphémères qui nous entourent.

Le projet est celui d’une exploration puis, après repérage, d’une immersion au coeur des points de vue et des expressions sonores émanant de paysages, de communautés humaines ou d’une parole individuelle. Nous espérons y débusquer des tonalités générales et complexes, faire émerger les sons qui s’en détachent ou ceux qui les lient.
Au milieu de ces univers, un/e musicien/ne soliste est invité/e à inventer, incarner, et révéler la musique de ces lieux et de ces gens qui nous entourent sans que nous les percevions consciemment au quotidien. Sons de la nature mais aussi ceux des hommes au travail, des machines, des usines, des architectures, de l’activité urbaine qui font la musique si chère à John Cage: celle de la vie.
Au centre de ces sons, le challenge de l improvisateur aux aguets est de se laisser porter er réagir aux symphonies des hasards et des contingences locales que ce monde choisi ou subi nous offre à chaque instant. « Les parfums du fil » a pour finalité une suite d’objets sonores, de photographies, de récits et de poésies. Témoignages sensibles ou fictions du réel, ces captations de l’instant, in situ, nous invitent à re-composer les œuvres éphémères qui nous entourent.

Ainsi chaque musicien du collectif est invité seul, pour une journée complète, en excursion à Marseille et ses environs, comme une pièce unique du puzzle sonore et musical qui caractérise le collectif. Tel un passage de relais, le fil se transmet laissant, ici et là, les effluves et les parfums de ces multiples excursions.

Et pour les non marcheurs
La performance sonore de Christophe Modica et Stéphane Coutable sera également jouée à 14h au 18 Boulevard du Tourret de Vallier à Martigues.

Performance sonore de Christophe Modica et Stéphane Coutable. En coproduction avec le gmem-CNCM-marseille, Centre National de Création Musicale de Marseille

Photos : Grégoire Edouard
Découvrez les autres Traversées de l’automne.

 

dimanche 18 octobre 2020

9h-18h

 

Facebook

 

 

Lire le carnet de navigation #4

PAMPARIGOUSTE, est une expédition métropolitaine soutenue par le FNADT, la Région Sud, le projet européen Nature 4 City Life, le Département des Bouches-du-Rhône, Les Parallèles du Sud de Manifesta 13, la Fondation de France, les communes de Martigues, Miramas, Saint-Chamas, Istres, Vitrolles et Berre-l’Étang. En coproduction avec le Centre National de Création Musicale de Marseille | GMEM et l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Marseille | ENSA•M. En partenariat avec Opéra Mundi, la Fondation TARA Océans, le GIPREB, L’institut écocitoyen de Fos, le LPED (Aix Marseille Université), le Parc de l’ancienne poudrerie de St Chamas (SIANPOU), les bases nautiques et clubs de voile ainsi que les associations riveraines de l’étang (ESSV, les compagnons de la Manille, la LPO, l’ADMR, l’Étang Maintenant, Nosta Mar, …).