Les cheminées de Collines

Pendant plusieurs mois des habitants de Marseille et de Septèmes-Les-Vallons sont régulièrement partis explorer une partie du massif de l’Étoile.

A la lisière des deux communes, là où émergent les pentes et où coule le ruisseau Caravelle qui un peu plus loin devient des Aygalades, se côtoient des histoires agricoles et industrielles.

Arpentant ce drôle de paysage à la fois en ruines et en réinvention, ils ont rencontré la longue histoire des pollutions urbaines et les usages pastoraux encore en cours.

Ces récits de promenades plongent dans l’imaginaire de ces lieux emblématiques tant de notre patrimoine industriel que de nos écosystèmes bouleversés.

 

Les balades « Les cheminées de Collines » sont construites collectivement avec le soutien de l’AESE, du Bureau des guides du GR2013 et la complicité de Septèmes Mémoire et patrimoine, du CIQ de Saint Antoine, de la chèvrerie communale de Septèmes-les-Vallons et du collectif des Gammares.

 

 

Récit n°1

Récit n°2

Récit n°3

 

Le Ruisseau des Aygalades (Caravelle) est un fleuve côtier dégradé dont le bassin versant traverse à partir du massif de l’Etoile (commune de Septêmes les Vallons) les quartiers nord de Marseille et le périmètre Euromediterranée pour se jeter à la mer dans le Grand Port de Marseille. Il est à la fois impacté et porteur des multiples histoires qui racontent le développement urbain et son rapport à l’eau (évolution des usages et des représentations de l’eau et de la rivière, impact de l’industrialisation, histoire des pollutions, gestion des déchets, des débits, etc.).
Après une longue période d’oubli collectif lié à sa disparition physique (busage), à sa dégradation écologique (pollutions multiples), au dérèglement de son débit, une ré-appropriation du ruisseau est en cours. Ce processus a émergé à partir de multiples initiatives et acteurs engageant une découverte de son histoire patrimoniale, de son rôle dans l’écologie urbaine, de ses potentialités tant pour l’amélioration du cadre de vie des humains que pour la biodiversité et l’élaboration de la trame verte et bleue.  L’animation de ce processus collectif et sa structuration narrative augmentent petit à petit ses capacités d’actions sur les représentations, les usages et sur la restauration du fleuve côtier…