LANDMARKS

Luce Moreau

Landmarks est un projet d’anamorphose lumineuse mise en place dans divers paysages. Après avoir choisi un point de vue photographique auquel elle reste fidèle, l’artiste aidée de son équipe installe selon des marques préalablement établies des systèmes de miroirs qui réfléchissent les rayons du soleil en direction de l’objectif. Des formes géométriques diverses et génériques émergent alors d’un paysage familier : rectangle homothétique au cadre de l’image, diagonale joignant les deux extrémités, losange scintillant.

 

8 Landmarks, Martigues, public ©Luce Moreau - copie

 

 

 

Les plans réfléchis dans le paysage sont comme autant de zones de résistance ; la lumière du soleil, dans son inclinaison naturelle, est ainsi déviée et par là-même transformée en signal. La relation entre la source de lumière solaire et le photographe devient un dialogue privilégié, dont la lecture n’est possible que depuis le point de vue initialement choisi. De la série photographique Landmarks réalisée en 2010 en Slovénie avec l’association OTTO-Prod, suivie d’une première balade organisée en 2011 par Art-Cade, découlent cette année aux alentours de Marseille trois marches visant à « installer » par la promenade le dispositif lumineux nécessaire à l’apparition de ces formes. Les marcheurs du GR®2013, armés de miroirs, n’atteindront qu’en fin de parcours le point de vue précis leur permettant de contempler la « photographie » résultante, activant le paysage et aplanissant les différents reliefs arpentés.

Luce Moreau

Luce Moreau est une photographe plasticienne et habite à Marseille. Elle travaille au sein du collectif et association OTTO-Prod depuis 2006 sur des projets curatoriaux et des résidences d’artistes, tout en développant ses recherches en photographie. La photographie est ici considérée comme un ensemble dont le procédé, la physique et la mécanique représentent autant de terrains de réflexions que d’expérimentation et dont l’artiste peut, au même titre que le scientifique, explorer méthodiquement les variations : l’étendue infinie de la recherche et avec elle une multitude d’anomalies dont chaque projet photographique s’empare. La lumière et ses trajectoires, la physique des angles visuels, les réseaux lenticulaires, la représentation du réel, le mouvement terrestre, le cadre, le temps et la capture, en sont les supports problématiques. Le medium transcende ainsi parfois l’outil jusqu’à sa radicalisation dont ne subsiste que la lumière.

 

www.ottoprod.com